Célébrez la Journée internationale du travail 2022 avec les luttes pour la liberté, la démocratie et le socialisme

La Commission pour les travailleurs de la Ligue internationale de lutte des peuples (ILPS) célèbre avec la classe ouvrière et tous les peuples opprimés la Journée internationale du travail ce premier mai 2022.

Cela fait plus de deux ans que la pandémie mondiale de Covid-19 a frappé. Aucune fin n’est en vue. Le ralentissement économique mondial de longue date après quatre décennies d’échec des politiques néolibérales s’aggrave en une grande dépression. Les conditions matérielles de la vie elle-même, la nature et l’environnement, sont pillées et détruites. La rivalité inter-impérialiste rend inévitables les guerres comme en Ukraine et en mer de Chine méridionale et donne lieu à une réaction fasciste désespérée dans de nombreux pays. La classe ouvrière et les masses laborieuses souffrent le plus. Ils sont ainsi poussés en première ligne pour affirmer la liberté, la démocratie et le socialisme afin de mettre fin à l’exploitation et à l’oppression impérialistes, au pillage et à la guerre.

Le chômage mondial atteint 205 millions cette année, dépassant les 186 millions de 2019. Les réductions salariales et sociales ont appauvri des centaines de millions d’autres. Les femmes, les jeunes, les migrants et les personnes de couleur sont les plus vulnérables. La réponse au Covid et les plans de relance économique n’ont fait que sauver les grandes entreprises et embourber davantage de pays sous l’esclavage de la dette. La Gig Economy sur les plateformes numériques n’a fait qu’assurer de plus grands profits capitalistes.  L’inégalité et l’injustice se sont aggravées. Au lieu d’autonomiser les travailleurs, l’armée et la police ont reçu plus de pouvoir de la part des gouvernements qui alimentaient leur machine de guerre contre le peuple. 

La classe ouvrière riposte

Les grandes luttes de classe du 19ème siècle ont conduit à la naissance des révolutions socialistes et des mouvements de libération nationale du 20ème siècle. La restauration capitaliste dans les anciens pays socialistes a aggravé la crise capitaliste mondiale et a donné de précieuses leçons à tous les travailleurs et peuples opprimés au 21ème siècle. Aujourd’hui, de plus en plus de travailleurs apprennent.  Aujourd’hui, de plus en plus de travailleurs s’unissent aux peuples dans des luttes démocratiques.  Aujourd’hui, de plus en plus de mouvements sociaux affrontent les gouvernements pour faire tomber l’ordre impérialiste et la réaction locale. La lutte de la classe ouvrière pour la libération nationale et sociale brille au milieu des sombres années Covid.

Les syndicats mondiaux condamnent la répression du travail partout dans le monde. Depuis 2020, les manifestations de rue et les grèves ont été confrontées à l’impact sanitaire, économique et social de la réponse du gouvernement à la pandémie. Les travailleurs des secteurs privé et public ont soulevé des protestations syndicales et industrielles. Les travailleurs de la santé, y compris les médecins et les infirmières, les travailleurs des transports, les travailleurs du pétrole et du gaz et ceux qui travaillent dans des sociétés multinationales telles que Amazon et MacDonalds, basées aux États-Unis, se sont mis en grève. Les étudiants se sont engagés dans des grèves universitaires. Des grèves générales ont été déclenchées en Italie, en Inde, au Pérou et en Palestine. Les mouvements anti-impérialistes et antifascistes gagnent en force et en élan.

Les campagnes de solidarité ont soutenu les luttes de libération en Palestine, au Kurdistan, aux Philippines, au Myanmar, ainsi que les peuples de Cuba, du Venezuela et de la péninsule coréenne. Malgré des réunions en face à face limitées, des discussions en ligne, des conférences d’étude et des forums ont été menés sur divers sujets pertinents pour les luttes ouvrières.

S’organiser pour se renforcer

Le taux de syndicalisation dans les pays capitalistes développés diminue régulièrement.  Les pays sous-développés, y compris les démocraties dites de transition, ont un nombre beaucoup plus faible de syndicats et leur nombre de membres est considérablement réduit par des arrangements de travail flexibles comme le travail contractuel.

Les aristocrates travaillistes, payés par le profit capitaliste, s’engagent dans un autre « dialogue social » et cherchent une sorte de nouveau « contrat social » avec les capitalistes. Certains cherchent à taxer les riches sans changer la nature parasitaire de l’État capitaliste lui-même.  D’autres veulent travailler « à l’épreuve du climat » comme si le système capitaliste n’était pas la cause principale de la dégradation de l’environnement. Ils cherchent la protection du travail contre le système lui-même qui exploite le travail.

L’organisation des masses exploitées et opprimées va au-delà des syndicats et du lieu de travail. Les travailleurs ne doivent jamais se limiter aux seuls droits syndicaux, mais doivent s’unir aux luttes démocratiques de leur propre peuple en solidarité avec les autres travailleurs et les autres peuples. Il est impératif d’étendre et d’intensifier les luttes économiques et d’élever les batailles politiques.

Les travailleurs s’autonomisent maintenant idéologiquement, politiquement et organisationnellement.  Ils élèvent leur classe et la conscience politique éveillée de leurs propres conditions. Ils sont politiquement actifs sur toutes les questions sociales brûlantes et vont au-delà du vote électoral et de l’action parlementaire.  Ils se mobilisent et s’unissent aux forces démocratiques les plus larges pour opérer un changement révolutionnaire des plus significatifs.

Le chemin vers le socialisme depuis plus de cent ans a été épique.  Ce siècle est un moment déterminant de notre histoire.  Soit les exploiteurs continuent de se vautrer dans leur folie capitaliste monopoliste d’appropriation privée au milieu de la production sociale, soit ils sont expropriés par l’autonomisation de la classe sociale la plus progressiste de l’histoire de l’humanité – la classe ouvrière.

Mettez fin au pillage impérialiste et à la guerre !

Vaincre le militarisme, le fascisme et la répression !

Vive la Fête internationale du Travail !

Vive la solidarité internationale !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X