Solidarité avec le peuple soudanais dans sa lutte pour la démocratie et le véritable changement

Publié par le Bureau du président,
Comité international de coordination
Ligue internationale de lutte des peuples
Le 10 juin. 2019

La Ligue internationale de lutte des peuples (LILP) lève le poing pour saluer et exprimer sa solidarité avec le peuple soudanais qui organise diverses formes de manifestations de masse – grèves, grèves générales, sit-in, manifestations de masse, désobéissance civile – dans sa lutte pour le pouvoir civil et le changement véritable dans son pays.

Nous saluons les actions collectives qui se sont intensifiées depuis la hausse du prix du pain en décembre 2018 et qui ont abouti à l’éviction, le 11 avril, de l’ancien président et dictateur Omar al-Bashir, qui a dirigé le pays pendant 30 ans. L’éviction du régime d’Al-Bashir est une victoire du peuple soudanais et sert d’avertissement à tous les régimes néocoloniaux et répressifs qu’ils ne peuvent gouverner éternellement.

Ce sont les protestations populaires qui ont isolé le régime d’Al-Bashir, encouragé les militaires à organiser un coup d’État et forcé les puissances étrangères qui soutiennent le régime à l’abandonner comme une patate chaude. Nous défendons le droit du peuple soudanais de renverser le régime d’Al-Bashir, coupable d’asservissement extrême aux États-Unis, de génocide et de répression contre le peuple, de la mort de soldats soudanais envoyés dans des guerres étrangères, de politiques économiques anti-populaires et d’autres crimes.

Nous appuyons le peuple soudanais et ses protestations massives contre la junte militaire nommée Conseil militaire de transition (TMC), qui a remplacé le régime d’Al-Bashir et qui est dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhan. Nous appuyons l’appel en faveur de l’institution immédiate d’un gouvernement civil au pays. Nous condamnons la junte militaire pour avoir profité de la victoire du peuple soudanais et tenté de s’asseoir au pouvoir en recourant à la violence contre les manifestants.

Nous soutenons la Déclaration des Forces pour la liberté et le changement (DFCF), l’alliance des partis politiques, des syndicats et des associations qui mènent les manifestations, dont l’Association des professionnels soudanais (SPA) et le Parti communiste soudanais (SCP). Le rôle approprié des militaires dans de telles situations est de retirer leur appui à l’ancien régime et de soutenir le régime civil.

Il ressort clairement des actions de la junte militaire al-Burhan qu’elle veut se maintenir au pouvoir, faire taire les protestations et revendiquer pour elle-même la victoire du peuple soudanais. Nous condamnons la vague de violence que la junte militaire a infligée aux manifestations pacifiques menées par le peuple soudanais. Nous déplorons les coups de feu tirés sur des manifestants pacifiques depuis mai, en particulier le massacre du 3 juin qui a fait plus de 120 morts et 700 blessés, et qui a été marqué par des cas de viols et d’agressions sexuelles.

Nous condamnons également la dispersion violente des manifestations de sit-in dans plus de 13 autres villes du pays. Nous condamnons l’emprisonnement de centaines de militants, y compris des porte-parole de groupes d’opposition, et demandons leur libération immédiate et inconditionnelle. Nous condamnons également les attaques contre les professionnels de la santé qui s’occupaient des victimes de la répression.

Nous nous joignons au DFCF et à d’autres forces pour désigner le général Mohamed Hamdan Daglo, vice-président du TMC, comme responsable des attaques violentes. Nous condamnons Daglo, qui dirige le redoutable groupe paramilitaire Rapid Support Forces (RSF) – qui a absorbé les combattants utilisés par Al-Bashir pour commettre le génocide au Darfour – pour avoir ordonné aux paramilitaires de lancer des attaques contre des manifestants. Nous condamnons le RSF pour les attaques meurtrières du 3 juin contre un camp de protestation à Khartoum. Nous dénonçons la junte militaire d’Al-Burhan pour avoir fait l’éloge du RSF à la suite de ces attaques répugnantes.

Nous appuyons la décision de l’Union africaine de suspendre l’adhésion du Soudan après le massacre du 3 juin et de faire pression sur la junte militaire pour qu’elle cède le pouvoir à une autorité civile. Les exigences de l’UA sont justes : que les civils soient protégés et que les droits de l’homme et les libertés soient respectés par les autorités militaires et policières du pays.

Nous ne faisons qu’un avec le peuple soudanais pour demander justice pour les morts. Il faut tenir une enquête internationale indépendante sur ces attaques et les personnes impliquées doivent être poursuivies et punies pour leurs crimes. Les prisonniers politiques doivent être libérés sans condition et l’interdiction d’Internet et de la presse doit être levée. Il faut retirer le RSF des rues, le dissoudre et ses faire remettre ses armes aux militaires. En même temps, le pays doit être démilitarisé et tous les obstacles militaires aux manifestations et au mouvement populaire doivent être levés.

Nous condamnons les États-Unis et la Grande-Bretagne, puissances étrangères qui soutiennent la junte militaire de la TMC dans ses efforts pour se maintenir au pouvoir. Par l’intermédiaire de leurs alliés, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte, ces puissances impérialistes manœuvrent pour garder le contrôle du Soudan. Ce sont les mêmes puissances étrangères qui ont soutenu le régime d’Al-Bashir pendant des décennies. Ils veulent continuer à contrôler les riches ressources pétrolières du pays et l’utiliser dans leurs luttes géopolitiques de plus en plus intenses.

Nous ne faisons qu’un avec le peuple soudanais pour désirer et lutter pour un gouvernement qui ramènera la démocratie dans le pays et qui y apportera de véritables changements. Nous le soutenons dans sa lutte pour l’installation d’un gouvernement civil composé des forces politiques qui ont combattu le régime d’Al-Bashir et qui combattent la junte militaire d’Al-Burhan. Nous appelons tous les individus et toutes les organisations qui soutiennent les luttes contre l’impérialisme et pour la libération nationale et le socialisme à exprimer leur solidarité avec le peuple soudanais et à soutenir ses revendications dans la lutte entre la vie et la mort qu’il mène actuellement.

Nous avons bon espoir que ces luttes renforceront encore davantage le mouvement anti-impérialiste et progressiste au Soudan, et que la force accumulée servira à faire progresser la lutte du peuple soudanais pour un développement véritable, la liberté nationale, la démocratie et le socialisme.

Arrêtez les tueries, arrêtez la répression des protestations du peuple soudanais !
Non à la junte militaire, oui au gouvernement civil au Soudan !
Soutenons la lutte du peuple soudanais pour la démocratie et un véritable changement !
Poursuivez et punissez les bouchers du peuple soudanais !
Vive le peuple et le mouvement populaire au Soudan !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.