L’ILPS condamne le Regime d’Erdogan en Turquie pour la repression brutale du Peuple Kurde

Par le Professeur Jose Maria Sison
Président de la Ligue Internationale des Luttes des Peuples

La Ligue internationale des luttes des peuples (ILPS) condamne au plus fort l’offensive militaire continue menée par l’armée turque contre les villes kurdes de Cizre, Sirnak, Silvan, Silopi et Amed-Sur dans le Kurdistan du Nord, soutenus par DAESH et d’autres gangs fascistes armés par le régime d’Erdogan. Les principales cibles de cette offensive sont le peuple kurde et les révolutionnaires du PKK qui luttent pour l’autodétermination nationale. Alors que les yeux du monde sont concentrées sur la guerre en Syrie, le régime fasciste d’Erdogan a lancé cette offensive militaire pour écraser le mouvement de libération kurde.

L’offensive brutale qui a commencé en été 2015 a tuée et blessée des milliers de femmes, enfants, personnes âgées et jeunes. La plupart des victimes sont des civils. Les blessés sont empêchés d’être sauvés ou transportés dans des hôpitaux. A Cizre, plus de 60 sont morts et 28 civils blessés ont été pris au piège dans une cave pour les empêchés d’être secouru par les soldats, sur leurs tanks. Ces blessés et emprisonnés risque la mort s’ils ne reçoivent pas de soins médicaux. Les funérailles sont attaqués et les gens sont dans l’impossibilité même d’enterrer leurs morts.

Les villages kurdes, les cimetières, les sites historiques et culturels sont bombardées depuis l’air et du sol, les centres de population sont entourés par des tanks pour terroriser la population, les maisons sont incendiées. Ces méthodes brutales visent en vain à mettre le peuple kurde et les révolutionnaires du PKK à genoux. Mais le peuple kurde et le PKK ripostent de manière déterminée et militante pour la défense de leurs droits nationaux et démocratiques.

Ceux qui s’opposent aux politiques répressives de la clique fasciste d’Erdogan sont harcelés, arrêtés et frappés de fausses accusations de diffamation, de rébellion et de trahison. Trente-deux journalistes ont été emprisonnés. Les politiciens et députés de l’opposition, les universitaires et les artistes qui ont protestés contre les actions de la clique d’Erdogan ont été victimes d’harcèlement, de menaces et de violence.

Face à son échec dans sa guerre contre les guérilleros du PKK dans les montagnes, la clique fasciste d’Erdogan a tournée ses armes contre la population kurde dans les villes et villages. Ils veut semer la terreur et provoquer le déplacement de la population kurde dans ces villes et villages. Ils essaient ridiculement de justifier leurs offensives militaires en disant qu’ils se battent contre les guérilleros du PKK dans ces centres de population. Mais les gens sont restés sur place et ont dressés des barricades et mis en place une résistance déterminée.

Des milliers de Kurdes vivant dans les grandes villes comme Istanbul et Ankara se sont levés et ont organisés des actions de protestation. Ces manifestations ont été contré par la force brutale, utilisant des véhicules blindés, des chars, des gaz lacrymogènes et des balles réelles.

Mais la réponse brutale du régime fasciste d’Erdogan n’a pas intimidé le peuple vers une soumission. L’opposition au régime s’est élargi, obtenant le soutien du peuple kurde et des organisations et des turcs progressistes.

Plus de 1000 universitaires ont sortis une déclaration condamnant les crimes du régime d’Erdogan, appelant à l’unité et à la solidarité des peuples kurde et turc dans la lutte contre le régime fasciste. Le DBP, le parti d’opposition kurde parlementaire, a appelé à une marche depuis Amed vers Botan. Des milliers de prisonniers politiques ont entamés une grève de la faim pour exprimer leurs solidarités avec la résistance au régime AKP et Erdogan. Des milliers de jeunes dans les universités et dans les quartiers ont répondus à l’appel à la mobilisation et sont sortis dans les rues pour combattre la police.

Le régime d’Erdogan est de plus en plus exposé et isolé dans les yeux de la communauté internationale en raison de ses méthodes brutales et ses politiques criminelles. Mais les puissances occidentales dirigées par les Etats-Unis ont gardé le silence et ont continué à soutenir le régime d’Erdogan parce que la Turquie est membre de l’OTAN et qu’elle joue un rôle particulier pour assurer la domination américaine dans la région riche en ressources du Moyen-Orient.

La Turquie est le principal vecteur de soutien à DAESH et aux autres groupes armés djihadistes utilisé par les puissances occidentales et dirigées par les Etats-Unis pour renverser le gouvernement d’Assad. En raison de leur intérêt commun à renverser Assad, la Turquie est autorisée par les puissances occidentales à utiliser DAESH pour attaquer les forces du PKK en Syrie, en Irak et en Turquie.

Nous appelons toutes les organisations membres de l’ILPS à organiser des réunions d’information sur la lutte et la barbarie contre le peuple kurde commis par le régime d’Erdogan et à mener des actions de protestation devant les missions étrangères de la Turquie dans les différents pays pour exposer et isoler encore plus le régime fasciste d’Erdogan. Nous appelons toutes les personnes de bonne volonté dans le monde à condamner le régime d’Erdogan et à exprimer leur solidarité et leur soutien au peuple kurde dans sa juste lutte pour la démocratie et l’autodétermination nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.