Détruire le système qui perpétue l’homophobie, la biphobie et la transphobie !

Déclaration de la Commission des Droits des LGBTIQ de la Ligue Internationale des Luttes des Peuples

Un système qui est fondé sur l’exploitation et la concurrence est un système exclusif et aliénant. Ce système a créé l’homophobie, la biphobie et la transphobie – c’est à dire la peur et la haine des non-hétéronormatifs – ce qui se traduit par la discrimination, la marginalisation et dans sa forme la plus directe par la violence.

Récemment, nous avons vu des manifestations brutales de l’homophobie, de la biphobie et de la transphobie qui devraient de nos jours ne plus avoir lieu.Le mois dernier, un activiste LGBTIQ a été battu à mort au Bangladesh, dans un contexte d’intolérance croissante et de répression d’État. Au cours des six derniers mois, les déclarations anti-LGBT par des hauts fonctionnaires et des institutions gouvernementales ont catalysé la recrudescence du harcèlement et des meurtres de personnes LGBTIQ en Indonésie. Là-bas, et dans beaucoup d’autres pays où les violences contre les personnes LGBTIQ sont répandues, l’homophobie, la biphobie et la transphobie sont des legs de leur passé colonial.

Les États Unis, qui claironnent l’égalité de mariage et l’abrogation de la politique « Don’t Ask Don’t Tell », a vu l’aggravation de crimes haineux et de la violence policière contre les personnes LGBTIQ de couleur. Les personnes transgenre de couleur représentent 67% des LGBTQ victimes d’homicides en 2013.
Ses politiques d’immigration draconiennes ont provoqué une augmentation de l’incarcération des migrants transgenres sans-papiers, dont la plupart sont vulnérables à la violence sexuelle et au harcèlement.

Malgré cela, les États Unis continuent à se vanter d’être les défenseurs de la démocratie. C’est sous cette même bannière de démocratie qu’ils lancent des attaques de drones au Pakistan, en Afghanistan, au Yémen et en Somalie, tuant des millions de personnes.
Aux Philippines, le meurtre brutal de la transgenre Jennifer Laude par Joseph Pemberton, un soldat américain, est un témoignage de la violence des guerres prédatrices et de la vulnérabilité des personnes LGBTIQ envers elles.

De même, le régime d’apartheid d’Israël s’annonce comme le seul endroit dans le Moyen-Orient où les personnes LGBT sont en sécurité et les bienvenues, utilisant cela comme prétexte pour masquer son occupation de la terre palestinienne et ses violations massives des droits de l’homme et des crimes de guerre contre le peuple palestinien. C’est plus qu’un simple stratagème pour cacher ses atrocités, il utilise ça pour se positionner comme l’antithèse des pays islamiques voisins et donc, tourner les marées de la critique internationale contre l’occupation en leur faveur.

Ceci est une tactique qui est bien connu de nous, les peuples opprimés. Nous reconnaissons ça comme la même tactique employée par les «gens civilisés» contre les «autres barbares» qui définit notre histoire – notre histoire faite de conquêtes, de génocides, d’esclavage et de viols.
C’est par le prétexte de vouloir civiliser les sociétés barbares que des empires ont été construits, et notre souveraineté fut foulée aux pieds, nos terres et nos ressources usurpées, nos peuples asservis.

Nous, l’Organisation Nationale Bahaghari LGBT et la Commission des Droits des LGBT de la Ligue Internationale des Luttes des Peuples, refusons d’accepter la dichotomie de démocratique-contre-arriérés qui considère que le seul indicateur pour la démocratie sont les droits libéraux des LGBT. Nous croyons que cette idéologie est utilisée pour justifier les interventions impérialistes et est dépourvue d’une analyse historique qui montre les LGBTIQ comme étant utilisés en tant que prétexte pour faciliter la libre circulation des capitaux.

La crise provoquée par l’accumulation sans entrave des richesses a dépossédé les peuples à une échelle massive. Le sentiment omniprésent d’insécurité des emplois, des moyens de subsistance, a en outre divisé les peuples selon des critères de race, de classe, de sexe, de genre et d’orientation sexuelle et d’identité de genre. Le manque d’emplois et d’accès aux services sociaux a gonflé l’armée de réserve de main-d’œuvre et a intensifié la concurrence, ce qui aggrave la haine envers les LGBTIQ.

Nous appelons les LGBTIQ à organiser et à lutter contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie et le système qui les permet et les perpétue.
Nous appelons également les organisations LGBTIQ existantes à élargir leurs stratégies et à tracer une ligne claire contre la cooptation et la simplification de notre lutte par l’agenda impérialiste.

Nous exhortons les gens à travers les pays et les secteurs a être solidaires avec les LGBTIQ contre les maux des forces impérialistes qui font tout pour nous diviser et nous tourner les uns contre les autres afin de nous distraire de leurs saccages et du pillage de nos droits, de nos ressources, de notre dignité et de l’environnement. Nous avons besoin d’intensifier la solidarité entre les peuples contre notre ennemi commun et de récupérer le pouvoir de créer un monde où il y aurait une réelle égalité et une réelle liberté.

Vive la solidarité internationale !

X